La vengeance du sang

Couverture du livre la vengeance du sangNelson Tardif, Aldina da Silva et Jean-Marc Gauthier, La vengeance du sang. Peine de mort et sacrifice humain, Montréal, Médiaspaul, 2006, 76 p.

« Ce livre questionne nos valeurs et nos convictions profondes tout en nous invitant à jeter un regard neuf sur les événements dramatiques qui meublent l'actualité. Les auteurs y démontrent les liens qui existent entre les origines religiologiques de la peine de mort dans le sacrifice humain, la pratique de la vengeance du sang et la notion juridique de la peine de mort. S'inspirant des théories sur l'origine de la violence de René Girard, Nelson Tardif explique d'abord comment et pourquoi le criminel «démonisé» devient un bouc émissaire destiné à drainer symboliquement la violence hors de l'enceinte de la société. Cette vision est présente de façon particulièrement radicale dans les différents fondamentalismes contemporains.

Pour sa part, Aldina da Silva pose un regard éclairé sur la peine de mort dans la Bible en remettant en question les prises de position favorables à cette pratique qui s'appuient sur des arguments religieux. Selon elle, le Nouveau Testament nous demande même de vaincre la violence par le choix chrétien, souvent paradoxal, de l'amour et de la foi en l'humain.

Dans le dernier chapitre, Jean-Marc Gauthier montre comment le Dieu de   Jésus, en relevant celui-ci de la mort, s'inscrit résolument comme un Dieu pour la vie. Le regard théologique qu'il porte sur la cruxifixion de Jésus mène à une conclusion à la fois touchante et convaincante en faveur de la vie et de la foi en l'humain quel qu'il soit. Bref, un sujet difficile abordé avec intelligence et sensibilité dans un livre qui engage la réflexion, la responsabilité et l'humanité de chacun et chacune de nous.* »

* Quatrième de couverture du livre.

Recension

BREAULT, Normand, « Une question radicale » : Relations, numéro 719 (2007), pp. 41-42.

 

L’expression créatrice

La créativité prend diverses formes selon les époques, les cultures, les modes d’expression. Ses visages sont multiples et permettent un large éventail de réalisation inventive. L’écriture est l’une des voies du déploiement extraordinaire de l’expression créatrice. Elle permet de se dire, de dire, de partager des savoirs, des expériences, d’inventer des mondes, de contester, de proposer, de « poétiser » le monde et plus encore. Tous les modes d’expression créatrice sont à la fois sublimes et incomplets. Ils se répondent l’un l’autre, ils se complètent.